retour au menu

Eclats de rires.

 

Voici la transcription d’une conversation ahurissante, captée le 16 octobre 1997 sur le canal 106, fréquence des secours maritimes de la côte du Finistère en Galice, Espagne entre Américains et Espagnols :

Galiciens. Bruit de fond.

Ici le A 853, merci de bien vouloir dévier votre trajectoire de quinze degrés au sud pour éviter d’entrer en collision avec nous. Vous arrivez directement sur nous à une distance de vingt-cinq milles nautiques.

Américains. Bruit de fond.

Nous vous recommandons de dévier vous-même de votre trajectoire de quinze degrés nord pour éviter toute collision.

Galiciens. Bruit de fond.

Négatif ! Nous répétons : déviez de votre trajectoire de quinze degrés sud pour éviter la collision.

Américains. Bruit de fond.

Ici le capitaine ! Le capitaine d’un navire des Etats-Unis d’Amérique. Nous insistons : déviez votre trajectoire de quinze degrés nord pour éviter la collision.

Galiciens :

Négatif ! Nous ne pensons pas que cette alternative puisse convenir. Nous vous suggérons donc de dévier votre trajectoire de quinze degrés sud pour éviter la collision.

Américains. Voix irritée.

Ici le capitaine Richard James Howard, au commandement du porte-avion USS Lincoln de la marine nationale des Etats-Unis d’Amérique, le second plus gros navire de guerre de la flotte américaine ! Nous sommes escortés par deux cuirassiers, six destroyers, cinq croiseurs, quatre sous-marins et de nombreuses embarcations d’appui. Nous nous dirigeons vers les eaux du Golfe Persique pour préparer les manœuvres militaires en prévision d’une éventuelle offensive irakienne. Nous ne vous suggérons pas, mais nous vous ordonnons de dévier votre route se quinze degrés nord ! Dans le cas contraire, nous serions obligés de prendre les mesures qui s’imposent pour garantir la sécurité de cette flotte et de cette force de coalition ; s’il vous plaît, veuillez obéir immédiatement et sortez de notre trajectoire…

Galiciens.

Ici c’est Juan Manuel Salas Alcantara qui vous parle. Nous sommes deux personnes, nous sommes escortés par notre chien, notre bouffe, deux bières et un canari, qui est actuellement en train de dormir. Nous avons l’appui de la radio de Corogne et du canal cent six, « urgence maritime ». Nous ne nous dirigeons nulle part, dans la mesure où nous vous parlons de la terre ferme. Nous nous trouvons ici dans le phare A 853, au Finistère de la côte de Galice. Nous n’avons par la moindre idée de la position que nous occupons au classement des phares espagnols. Vous pouvez prendre toutes les mesures que vous considérez opportunes, car nous vous laissons le soin de garantir la sécurité de votre flotte qui va se ramasser la gueule sur les rochers ! C’est pourquoi nous insistons à nouveau et vous rappelons qu’il serait plus logique et raisonnable pour vous de dévier votre trajectoire de quinze degrés sud afin d’éviter de nous rentrer dedans !

Américains.

Bien reçu, merci…

 

Fin. Ce texte est issu du livre "Coups de folie en Mer" de Hugo Verlomme paru en 2006.

5444 visites depuis le 21 mars 2006.